HUILES ESSENTIELLES ET MEDECINE.
AROMATHERAPIE
QUELQUES INDICATIONS THERAPEUTIQUES


Nous donnons ci-dessous des exemples d'utilisation des huiles essentielles les plus faciles à trouver en pharmacie et dans les magasins spécialisés.
Pour les troubles décrits nous donnerons parfois plusieurs noms d'huile essentielle. Il est bien évident qu'il faut n'en utiliser qu'une à la fois quand on prend la dose journalière complète. On peut les alterner mais en fractionnant les doses : exemples 2 gouttes de l'une le matin, de l'autre le midi ou le soir

La majorité des huiles essentielles possèdent un pouvoir antibactérien, parfois antifongique ou antiviral.
Leur emploi est très utile pour limiter l'usage des antibiotiques de synthèse, surtout pour traiter les infections peu aiguës, chroniques ou récidivantes dont les agents pathogènes risquent de devenir résistants aux antibiotiques.





INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES
Du rhume à la bronchite rebelle

Huile essentielle de feuilles d'Eucalyptus globulus, d'Eucalyptus radiata,
de Melaleuca viridiflora ou Niaouli

Elles sont toutes riches en cinéole (=eucalyptol), modérément antibactériennes, elles augmentent toutes les mouvements ciliaires des cellules de la muqueuse bronchique accélérant ainsi l'évacuation de la glaire bronchique infectée.

Par voie buccale : 2 à 3 gouttes, 3 à 4 fois par jour, agréable au goût et peu toxique

Par voie externe :


Huile essentielle de Pinus sylvestris ou pin sylvestre (aiguille et bourgeons)

Bon antiseptique des voies respiratoires et qui favorise également l'expectoration.
Attention à l'étiquetage car de nombreux extraits étiquetés "essence de pin " sont des sous-produits industriels (scieries, pâte à papier) qui n'ont rien à voir sinon un peu l'odeur avec l'huile essentielle de feuilles (aiguilles) ou de bourgeons de pin.

Par voie buccale : 2 gouttes 3 à 4 fois par jour
Par voie externe: en inhalation plusieurs fois par jour mélangée éventuellement avec les huiles précédentes et celle de la Mentha piperita


Plus accessoirement :

INFECTIONS ET TROUBLES DIGESTIFS
Colite infectieuse, colite de putréfaction, gastro-entérite infectieuse, syndrome de l'intestin irritable.
On peut faire appel à plusieurs d'huiles essentielles pour soigner ces infections aiguës ou chroniques : huiles essentielles de sarriette des montagnes ou de thym européen, de cannelle, de girofle, de lavande, de muscade




INFECTIONS DES VOIES URINAIRES

Introduction

Cystite et urétrite, pyélonéphrite récidivante.
Les huiles essentielles les plus intéressantes dans ce type d'infection sont celles de cajeput, niaouli, eucalyptus, santal, lavande, cannelle et thym.
Ces infections urinaires peuvent être tenaces, difficile à éradiquer ; le recours fréquent aux antibiotiques et aux sulfamides sélectionne des souches bactériennes résistantes aux antibiotiques de synthèse ce qui complique encore un peu plus le traitement.
Il est intéressant d'associer des plantes médicinales à visée urinaire (de la famille des myrtilles (Vaccinium) ou du genévrier (Juniperus), avec des huiles essentielles tout en favorisant une bonne diurèse (boire de l'eau en quantité, utiliser parfois en plus une plante modérément diurétique).

INFECTIONS CUTANEES

Plaies infectées, brûlures, zona, mycoses cutanées.
Le pouvoir antiseptique des huiles essentielles est bien connu, il s'exerce même à l'encontre de bactéries antibiorésistantes, de dermatophytes (champignons ou levures) difficiles à éradiquer. Elles favorisent la cicatrisation en neutralisant l'infection mais peut-être aussi en agissant directement sur les fibroblastes.

On peut utiliser l'huile essentielle pure quand elle n'est pas trop irritante (présence de phénols) mais comme il en faut très peu pour obtenir un résultat, on peut donc la diluer

Les huiles essentielles ont un pouvoir analgésique local, bien utile quand la plaie est douloureuse (brûlures, zona)
On utilisera les huiles essentielles de lavande officinale, de thym (à thymol ou carvacrol) et de clou de girofle en les diluant car toutes deux sont un peu caustiques pour la peau, de sarriette des montagnes, de cannelle, de citron (Citrus limonum), de géranium (Pelargonium graveolens, Pelargonium odorantissimum), de tea tree (Melaleuca alternifolia) riche en
1-terpinèn-4-ol particulièrement antiseptique (mais certains chimiotypes en contiennent très peu).

On peut mélanger ses huiles essentielles entre elles comme dans le "tégarome " de feu le docteur Valnet pionnier en aromathérapie.

On retiendra que l'huile essentielle de lavande convient aux brûlures peu étendues jusqu'au 2ème degré (fort cou de soleil, eau bouillante) c'est à dire quand il y a présence de phlyctènes (cloques), que l'huile essentielle de tea tree australien est particulièrement utile en cas de mycoses (mycoses des doigts, des ongles, des pieds), au même titre que celle de géranium.


AUTRES UTILISATIONS

Les huiles essentielles peuvent agir sur le système nerveux (neurovégétatif et central), à ce titre certaines sont antispasmodiques, antalgiques, tonifiantes ou au contraire apaisantes, hypo ou hypertensives ; celles qui contiennent de l'eugénol (comme les huiles essentielles de clou de girofle, du toute-épice antillais (Pimenta dioica), du basilic framboisin (plusieurs espèces voisines d'Ocimum tropicaux) sont anti-inflammatoires

Huiles essentielles antispasmodiques

Crampes digestives, "colite " spasmodique, spasmes biliaires.

Citons l'huile essentielle de Basilic (Ocimum basilicum), de mélisse (Melissa officinalis), de menthe (Mentha piperita), de matricaire ou camomille allemande (chamomilla recutita = Matricaria chamomilla), de sauge (Salvia officinalis), ou possédant du E-anéthole (anis vert (Pimpinella anisum), fenouil ( Foeniculum vulgare), badiane de chine (Illicium verum).

Attention à l'huile essentielle de sauge qui peut provoquer des convulsions (à cause de la thuyone), de celles d'anis vert et de fenouil qui renferment des constituants toxiques pour le foie et potentiellement cancérigènes et à celle de badiane de chine assez souvent falsifiée (avec de la badiane du japon fortement toxique)

Une posologie moyenne : pour le basilic, la mélisse, la matricaire et la menthe : 2 à 3 gouttes par voie buccale 2 à 3 fois par jour ; pour les autres 1 à 2 gouttes 2 à 3 fois par jour

Huiles essentielles antalgiques

Nous avons cité plus haut les huiles de lavande officinale, de géranium, de clou de girofle en application locale sur les plaies ou les brûlures douloureuses.

On dépose un coton imbibé d'huile essentielle de clou de girofle ou de noix de muscade sur les caries douloureuses, l'effet anesthésiant est très rapide et cela peu faire diminuer l'infection et l'inflammation.

Pour les douleurs rhumatismales, essayer l'huile essentielle de pin sylvestre et de sauge officinale, ainsi que l'essence de térébenthine, en application ou en massage doux sur les zones douloureuses. L'huile essentielle de sassafras est plus difficile à trouver et peut être adultérée mais elle calme aussi les douleurs rhumatismales

Huiles essentielles tonifiantes

Huile essentielle de basilic, de sauge (légèrement hypertensive), de citron, de cannelle, de noix de muscade.

Huiles essentielles apaisantes

Huile essentielle d'ylang-ylang (Cananga odorata). Apaisante, hypotensive et favorisant la relaxation. Par voie buccale 2 à 3 gouttes 2 à 3 fois par jour; et par voie externe, en massage relaxant : 10 à 20 gouttes dans de l'huile d'amande douce.
Huile essentielle de lavande officinale (Lavandula officinalis = angustifolia) Elle favorise l'apparition du sommeil Par voie buccale : 3 à 4 gouttes 3 fois par jour

Nous n'avons cité dans cette page Internet que quelques-unes unes des très nombreuses huiles essentielles connues.
D'abord parce qu'il est difficile de se procurer certaines huiles essentielles exotiques, qu'elles peuvent coûter très cher, et être improprement étiquetées, parfois adultérées.
Toujours se méfier des huiles essentielles peu connues dont certains composants peuvent être toxiques pour le foie ou le système nerveux voire cancérigène.
Rappelons que les huiles essentielles d'hysope (hysopus officinalis) de fenouil, de sauge peuvent provoquer des convulsions de type épilepsie chez certaines personnes.

Tweet Suivre @phytomania

Retour : GENERALITES