PERVENCHE DE MADAGASCAR


CATHARANTHUS
ROSEUS


APOCYNACEAE



Cette famille végétale, apocynaceae, fournit de nombreux médicaments de tout premier plan: réserpine, ajmaline, strophantine, vinblastine etc...



Ces plantes contiennent beaucoup d'alcaloïdes (voir lexique); tous n'ont pas été étudiés sinon décrits; beaucoup sont trop toxiques pour être utilisés en thérapeutique humaine mais peuvent servir de base (structurelle) chimique pour trouver de nouvelles molécules moins nocives ou plus efficaces.

Les alcaloïdes capables de lutter contre cancer et leucémie (donc ayant un action cytostatique ou oncolytique (voir lexique) ) sont les plus recherchés et cela à la suite de la découverte en 1960 de deux molécules très efficaces dans la pervenche de Madagascar.

Cette petite plante, probablement originaire de l'Océan Indien, est répandue dans toutes les régions intertropicales; c'est un sous-arbrisseau vivace dont les fleurs simples et discrètes sont roses, mauves ou blanches.

On cultive cette pervenche à des fins ornementales, elle est très décorative en parterre; c'est une plante particulièrement résistante qui s'accommode de terrains pauvres, sablonneux, très ensoleillés mais ne supporte pas le froid, elle est alors annuelle.

COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

En médecine traditionnelle,
on connaissait depuis longtemps la pervenche de Madagascar comme un médicament du diabète et de l'hypertension;


C'est en effectuant un criblage des nombreux alcaloïdes potentiellement actifs (environ 90) que deux molécules particulièrement actives ont été isolées :
la leurocristine = vincristine
et la vincaleucoblastine = vinblastine.


La partie aérienne de la pervenche renferme 0,2% à 1% d'alcaloïdes et le taux de vincristine, le plus rare des deux alcaloïdes, est seulement de 0,0003% soit 3g pour 1 tonne de matière sèche!!
Ce sont des alcaloïdes dimères associant deux sous unités indoliques.

Ils sont antimitotiques par effet cytostatique, et aussi oncolytiques, par un mécanisme en partie élucidé : ils bloqueraient la reproduction cellulaire en agissant sur les microtubules du fuseau, bloquant la mitose au stade métaphase; in vitro ce sont aussi des inhibiteurs de la biosynthèse des protéines et des acides nucléiques.

Ces "poisons cellulaires" ont malheureusement des effets annexes notamment sur le système nerveux, en agissant sur les microtubules des axones, d'où leur neurotoxicité.

Les propriétés antidiabétiques de la plantes n'ont pas été confirmées;
3 alcaloïdes sont hypoglycémiants (voir lexique) mais efficaces à des doses qui rendent toxique le phytomédicament à cause des autres composés indoliques.

La racine séchée constitue une source d'ajmalicine = raubasine (également extraite des rauwolfias). C'est un spasmolytique alpha bloquant qui s'oppose aux effets de l'adrénaline (adrénolytique) et augmente le flux sanguin cérébral (jusqu'à 30% du débit carotidien) assurant ainsi une meilleur irrigation du cerveau.
La raubasine montre en plus une affinité pour les récepteurs aux benzodiazépines et présente ainsi une légère activité anxiolytique et anticonvulsivante.

UTILISATIONS

On utilise traditionnellement la décoction (voir lexique) de feuilles :
exemple, 40g dans 1 litre d'eau, une tasse matin et soir

Ce "coktail" d'alcaloïdes est traditionnellement conseillé pour faire baisser la tension et comme antidiabétique (peut-être par effet anoréxiant).

Aux Antilles on le prescrit en gargarisme (angine) et les feuilles broyées servent d'emplâtre sur les contusions avec ecchymoses.

En allopathie la vinblastine et la vincristine sont deux antimitotiques majeurs (maladie de hodgkin, lymphome, sarcome, carcinome mammaire etc...) utilisés seuls ou en association avec d'autres antimitotiques.

L'ajmalicine = raubasine entre dans la composition de médicaments destinés à améliorer la fonction cérébrale du sujet âgé , troubles psychiques de la sénescence, suite d'accidents vasculaires-cérébraux ( ischémie, spasmes, traumatismes, chirurgie).

Les troubles sensoriels sont aussi une bonne indication : rétinopathies d'origine vasculaire, trouble de l'oreille interne (vertiges et acouphènes).

Cette plante si discrète, si répandue et si banale sous les tropiques est en fait un puissant agent thérapeutique.
Tweet Suivre @phytomania

RESUME

Une plante qui permet de lutter contre le cancer
Cette petite plante à fleur originaire de l'océan indien est vivace sous les tropiques
et annuelle dans les régions tempérées .
Elle renferme beaucoup de substances actives très importantes en médecine (des alcaloïdes)
dont certaines sont anticancéreuses et antileucémiques.
D'autres composés améliorent les fonctions cérébrales des sujets âgés, par exemple les troubles de la mémoire ou de l'audition, les suites d'accidents vasculaires cérébraux : ramollissement, hémorragies.