PHYTO MAGAZINE le magazine de Phytomania

flux rss : abonnez vous au magazine de Phytomania

NUMERO 4

Dans ce magazine :

La ronce sucrée de Chine

Le sirop d'ail (Allium sativum) et la polyarthrite rhumatoïde

La Chelidoine ou grande Eclaire
et la théorie des signatures

Petites annonces des producteurs de plantes médicinales et de phytomédicaments

Sommaire Numero 4





LE SIROP D'AIL (ALLIUM SATIVUM) ET LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE.


QU'EST CE QUE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ?

C'est une affection chronique inflammatoire relativement fréquente chez l'adulte (1 à 3% de la population en France dont 3 fois plus de femmes que d'hommes).
C'est un trouble chronique car il est probablement "génétique" ; en effet 70% des malades ont un marqueur génétique en commun.
C'est une maladie auto-immune (le corps réagit contre lui-même), un rhumatisme inflammatoire touchant d'abord les mains et les genoux, évoluant par poussées, et qui peut devenir très handicapant.

Rappelons les signes typiques qui font penser à la polyarthrite rhumatoïde :

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
PAR LES MEDICAMENTS DE SYNTHESE ET LA THERAPIE CELLULAIRE.

La tendance actuelle est de traiter précocement à l'aide d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (exemple diclofénac, naproxène), avant que la maladie ne soit responsable de lésions articulaires irréversibles.
Beaucoup d'autres médicaments sont utilisés pour limiter l'évolution de cette affection inflammatoire : antipaludéens de synthèse, sels d'or, substances qui agissent sur la réaction immunitaire ou l'inflammation (immunosuppresseurs, immunomodulateurs, substances qui bloquent le TNF ou tumor necrosis factor = agent ou facteur de nécrose tumoral).

Très récemment, une équipe de chercheurs de l'Institut de Parasitologie et de Biomédecine du Conseil supérieur de la Recherche scientifique espagnol (CSIC), à Grenade, a réussi à développer chez la souris une thérapie cellulaire qui fait appel à un certain type de cellules (les cellules dendritiques). Il n'y a pas d'application encore pour l'homme, et même si cette technique est prometteuse, elle est personnalisée et donc extrêmement chère.


SIROP D'AIL ET POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

L'ail (Allium sativum) est beaucoup utilisé dans la médecine traditionnelle à Cuba, notamment sous forme de sirop (jarabe de ajo), et en particulier pour combattre les phénomènes inflammatoires dont la polyarthrite rhumatoïde (1).
On sait maintenant que les composés soufrés contenus ou libérés par Allium sativum ont un pouvoir inhibiteur sur la synthèse des prostaglandines, l'agrégation des plaquettes, interagissent sur les enzymes lipooxigénase et cyclooxygénase, toutes choses qui les rendent anti-inflammatoires.
Des chercheurs Cubains ont évalué un sirop d'ail du commerce pour connaître sa capacité anti-inflammatoire en utilisant la réaction d'Arthus (1, 2) chez des rats de laboratoire. Réaction provoquée qui se rapproche assez bien du phénomène inflammatoire observé dans la polyarthrite rhumatoïde.
Ils utilisèrent un sirop d'ail fabriqué à base de teinture mère d'ail au 1/5 contenant 2,9 % d'extrait sec. L'expérience comprenait : un groupe de rats témoins, deux groupes traités l'un par un anti-inflammatoires non stéroïdien (ibuprofène 200 mg/kg), l'autre par de la prednisone (corticoïde 10 mg/kg), et 3 groupes de rats auxquels on donnait l'équivalent de 45, 90, 180 mg/ kg d'extrait sec d'ail contenu dans le sirop d'ail.
La conclusion des chercheurs cubains est que ce sirop d'ail est capable de diminuer la réaction inflammatoire provoquée expérimentalement : diminution de l’œdème, diminution de l'exsudat pleural secondaire, diminution de la quantité de polynucléaires neutrophiles dans le foyer inflammatoire.
Pour l’œdème provoqué, 180 mg/kg donne une diminution de 54% (soit DE 50 de 143 mg/kg). Pour la réaction pleurale, le meilleur résultat est pour 90 mg/kg.
Les chercheurs Cubains ne disent pas à combien de sirop d'ail correspondrait cette dose chez un humain.
Le sirop d'ail n'est pas une préparation facile à trouver en pharmacie mais on peut le fabriquer soi-même et un peu selon son goût en variant les proportions (ail et sirop) : Préparer un sirop de sucre (un poids de sucre, 1/2 poids d'eau), lui mélanger les gousses d'ail broyées et légèrement écrasées, conserver au froid : Exemple une tasse de sucre, une demi tasse d'eau, 6 gousses d'ail, à consommer dans la semaine. En utilisant une teinture alcoolique d’ail (teinture-mère), on élimine les parties cellulosiques et on peut plus facilement doser le sirop.



Notes

1 - REV CUBANA PLANT MED 2007;12(2) Centro de Investigación y Desarrollo de Medicamentos Actividad antiartrítica del jarabe de Allium sativum L Dra. Juana I. Tillán Capó,1 Lic. Annia Benítez López,2 Lic. Ivette Hernández Paderni,3 Téc. Carmen Carrillo http://www.bvs.sld.cu/revistas/pla/vol12_2_07/pla03207.htm

2 – Réaction d’Arthus : http://imgt.cines.fr/textes/IMGTeducation/IMGTlexique/A/Arthus_fr.html

Qui sommes nous ? | Contact | ©2008 PHYTOMANIA
Tweet Suivre @phytomania