Accès aux autres pages de phytomania.com


LA GRIPPE ET SON TRAITEMENT PAR LES PLANTES MEDICINALES ET LES HUILES ESSENTIELLES

TRAITEMENT DE LA GRIPPE PAR LA PHYTOTHERAPIE ET L'AROMATHERAPIE

Pour prévenir la grippe ou diminuer l'intensité de la maladie : extraits de fruits et de fleurs de sureau noir ( Sambucus nigra ).

Pour renforcer les défenses immunitaires contre l'infection virale : les échinacées (Echinacea angustifolia, Echinacea purpurea, Echinacea pallida), les labiées des genres Thymus, Rosmarinus, Lavandula, et aussi Andrographis paniculata (cette plante ne possède pas de nom commun en Français) et les extraits de Thuya (proscrits chez les femmes enceintes).

Pour combattre l'infection virale et les surinfections bactériennes, les huiles essentielles :

 

Beaucoup d'autres plantes médicinales sont utiles pour atténuer la fièvre ou les conséquences de l'infection par le virus grippal.
Dans les pays tempérés citons : la bourrache (Borrago officinalis), ou le bouillon blanc (Verbascum thapsus)
Dans les pays tropicaux ou sub tropicaux : les lantana (Lantana camara, L. involucrata) et d'autres verbenacées voisines comme Lippia alba, les basilic (Ocimum sp.), le chardon béni des Antilles (Eryngium foetidum) et aussi l'écorce et les feuilles de Guazuma ulmifolia ("bois d'orme" en créole) en Amérique du sud et aux Antilles.
On ne négligera pas aussi l'effet bénéfique de la vitamine C des agrumes (citrons, oranges).



LE SUREAU NOIR SAMBUCUS NIGRA

Le sureau est une plante aux nombreuses propriétés médicinales ; on connaît depuis longtemps sa capacité à combattre les infections virales des voies respiratoires. Il semblerait d'après les travaux d'une équipe israélienne que des extraits de fruits et de fleurs de sureau soient capables de diminuer de moitié la durée de la grippe quand ils sont pris avant l'infection ou au tout début de celle-ci. Ces extraits, commercialisés sous le nom de " sambucol", agiraient un peu à la manière de certains antiviraux de synthèse.

Posologie



LES ECHINACEES ECHINACEA ANGUSTIFOLIA, ECHINACEA PURPUREA, ECHINACEA PALLIDA,

Ces plantes des grandes plaines nord-américaines mais que l'on cultive très bien en Europe (le plus souvent comme plantes décoratives) sont utilisées depuis longtemps, à l'instigation des chercheurs allemands, pour renforcer l'immunité et mieux lutter contre les infections tant virales que bactériennes.
De nombreuses études cliniques et méta-analyses semblent conforter cette idée avec tout de même quelques bémols : les extraits d'Echinacea (racines ou parties aériennes selon les espèces) renforcent l'immunité des gens moyennement immunodéprimés mais n'augmentent pas significativement celle des bien portants, et le traitement doit être relativement court (quelques semaines) sans quoi un effet inverse peut s'observer.

Posologie
Il est recommandé de prendre l'équivalent d'un gramme de plante sèche 2 à 3 fois par jour pendant quelques jours (dose de charge) puis seulement 1g par jour


Certaines personnes peuvent être allergiques aux échinacées

LES LABIEES DES GENRES THYMUS SP, ROSMARINUS SP, OCIMUM SP.

Ces plantes "méditerranéennes" mais que l'on trouve maintenant dans le monde entier, sont utiles pour prévenir les infections virales et bactériennes.
Leur contenu en acides-phénol, phénols et flavonoïdes semble être à l'origine de ce pouvoir immunostimulant plus que la présence d'huiles essentielles.

Posologie

 

ANDROGRAPHIS PANICULATA

Cette plante originaire d'Asie ( et maintenant cultivée) est d'utilisation très courante en Indes, Asie du sud est et Chine.
Souvent considérée comme une panacée, elle est surtout intéressante pour prévenir les infections respiratoires d'origine virale et comme traitement adjuvant des infections respiratoires virales et bactériennes ainsi que des infections urinaires.

Posologie

LES HUILES ESSENTIELLES

Leur mode d'action dans l'évolution de l'infection grippale n'est pas très bien connu mais il semble :

Il faut les utiliser avec beaucoup de précautions chez l'enfant de moins de 6 ans dont le système neurologique est immature à cause du risque de convulsion surtout quand la fièvre est élevée et chez la femme enceinte.

Posologie
( voir aussi les articles du site Phytomania sur les huiles essentielles et sur les infections respiratoires)

On associera plusieurs huiles essentielles ( une huile essentielle à cinéole et une autre à thymol-carvacrol ou cinnamaldéhyde ou terpinéol) :


2 gouttes du mélange deux à trois fois par jour (dans du lait concentré, sur du pain, dans du miel ou dans un peu d'huile végétale).

Pour ceux qui ont l'estomac fragile : appliquer les gouttes sur le haut du thorax en essayant d'abord avec une goutte pour tester la sensibilité cutanée.

En cas d'épidémie, on peut tenter de prévenir l'infection virale en commençant un traitement par les huiles essentielles et une des plantes médicinales déjà citées avant que la grippe ne se déclare.

DANS LES PAYS TROPICAUX



Dans les pays au climat chaud la grippe évolue rarement en grande épidémie sauf quand il s'agit d'une infection dont le virus, d'origine aviaire et porcin, est très contagieux ou virulent (grippe espagnole de 1918 ou peut être cette grippe mexicaine 2009)
Néanmoins les infections à virus influenza A et B ne sont pas rares.

On peut préconiser l'utilisation des huiles essentielles déjà citées ou directement des infusions courtes des plantes fraîches dont on extrait ces huiles essentielles quand on les trouve sur place (eucalyptus, niaouli, teatree, ravintsara, cannelier).
Les infusions de feuilles de Lantana sp, de Lippia sp et d'Ocimum sp sont également intéressantes pour faire baisser la fièvre et diminuer le temps de la maladie. Quand la plante est abondante on peut préconiser un bain aromatique surtout chez les enfants ( verser un litre d'infusion dans le bain, ou directement une ou deux poignées de plante fraîche dans l'eau très chaude du bain qu'on laisse ensuite tiédir).
Enfin rappelons l’intérêt des plantes tropicales : Andrographis paniculata (en Asie), de Guazuma ulmifolia ou "bois d'orme" (en Amérique tropicale) et dans une moindre mesure d’Eryngium foetidum (Antilles et Amérique centrale) dans la prévention et le traitement des infections virales respiratoires dont la grippe.

Retour sommaire des rubriques thérapeutiques