PHYTO MAGAZINE le magazine de Phytomania

N° 1


Nouveaux articles

Insomnie et plantes médicinales ...

Herbes de Provence

Actualités pharmacologiques : le pouvoir anti-tumoral de l'ail et du saule

Petites annonces des producteurs de plantes médicinales et de phytomédicaments

 



Actualités pharmacologiques : pouvoir anti-tumoral du saule et de l'ail

Beaucoup de plantes ou d'extraits de plantes ont été testés pour connaître leur capacité à prévenir la cancérisation provoquée par un carcinogène puissant ou à prévenir le développement d'une tumeur transplantée. Les effets observés sont parfois notables mais en général insuffisants pour faire l'objet de recherches plus approfondies.
Quand une fraction d'extrait parait prometteuse on poursuit l'étude chimique et pharmacologique jusqu'à obtenir une fraction encore plus efficace qui sera peut-être un jour testée chez l'homme. C'est très long, très compliqué, très onéreux et malheureusement, souvent au bout de plusieurs années d'effort, on s'aperçoit que le médicament découvert ou synthétisé à partir de l'extrait naturel (alcaloïde le plus souvent) est trop toxique pour qu'on l'utilise chez un malade affaibli.
Un autre courant de recherche contre le cancer étudie l'effet d'extraits totaux de plantes parfois très communes contenant peu ou pas d'alcaloïdes et plus pour prévenir que guérir la cancérisation. Ainsi plusieurs études (28 études sur 37) montrent de façon convaincante que l'ail (Allium sativum) et les composés soufrés libérés ou contenus dans l'ail, ont une capacité à s'opposer au processus de cancérisation, et cela chez plusieurs espèces animales, plusieurs tissus et contre plusieurs inducteurs de cancer (carcinogènes).
Il semblerait que l'effet de protection soit plus évident vis à vis des cancers digestifs (estomac et colon) et de la prostate.
Tout est au conditionnel car ces études sont surtout épidémiologiques et non cliniques.

On peut trouver des infos intéressantes sur

Nous pouvons prendre un autre exemple récent : ("Willow Leaves Extracts Contain Anti-Tumor Agents Effective against Three Cell Types" dans https://www.plosone.org/), celui de chercheurs Egyptiens et Japonais qui ont testé l'extrait de feuille de saule (Salix safsaf, Salicaceae).
Il existe plusieurs centaines d'espèces de saules, beaucoup contiennent un glucoside de l'alcool salicylique (salicoside) qui sera hydrolysé dans l'intestin libérant l'acide salicylique aux propriétés anti-inflammatoires (rappelons que l'aspirine ou acide acétyl salicylique est un dérivé synthétique de l'acide salicylique).
Dans cette étude les chercheurs évaluent la capacité anti-tumorale de composés proches de l'acide salicylique : la salicine et la saliginine. Ils utilisent un extrait aqueux obtenu à partir de jeunes feuilles de Salix safsaf. Des souris infectées auxquelles on a injecté (greffé) des cellules cancéreuses reçoivent par voie buccale cet extrait de feuilles de saule ; la tumeur se développe moins vite et la survie est prolongée de 35 jours (ce qui est relativement beaucoup comparé à la durée de vie de la souris) par rapport aux souris témoins non traitées.
L'extrait de feuille de saule peut détruire in vitro (en éprouvette) 75 à 80 % des cellules provenant de malades leucémiques (leucémie lymphoblastique). Les chercheurs égyptiens concluent que cet extrait aqueux de saule agit probablement en interférant dans le métabolisme de l' ADN, en affectant les membranes cellulaires ou en modifiant des protéines ; tout cela favorisant l'apoptose (la destruction spontanée) des cellules anormales.
On est bien obligé d'admettre que c'est un peu vague, mais cette série d'expériences confirme que les végétaux peuvent contenir des substances (pas aussi toxiques que des alcaloïdes) capables d'aider l'organisme humain à combattre la dégénérescence cancéreuse, à des concentrations que l'on obtient dans l'alimentation ou dans des infusions banales. Il ne s'agit pas de se guérir mais de prévenir la maladie.


Qui sommes nous ? | Contact | ©2007 PHYTOMANIA
Tweet Suivre @phytomania