PHYTO MAGAZINE le magazine de Phytomania

NUMERO 5

Dans ce magazine :

Garcinia : plante amaigrissante ?

Kava : pharmacologie

Le kava est-il autorisé ?

Petites annonces des producteurs de plantes médicinales et de phytomédicaments

Sommaire Numero 5



Piper methysticum G. FORST, Pipericaceae,
PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES DU KAVA :
condensé de la thèse de pharmacie d’Aurélia Cluzel

La drogue est constituée de fragments de rhizome.
Les molécules actives sont des kawalactones ou kawapyrones.
Le kava est indiqué dans le traitement de l’anxiété, du stress et de la nervosité.
Les énolides ou dérivés kawaïniques possèdent une série de propriétés caractéristiques : ils dépriment faiblement le SNC et provoquent une légère sédation et une prolongation de la narcose induite par les barbituriques. [18]
En Polynésie, les indigènes mâchent les racines jusqu’à obtenir une bouillie qu’ils arrosent d’eau . Cette pulpe diluée d’eau est consommée comme boisson lors des cérémonies rituelles : son effet est tranquillisant et légèrement euphorisant. [16]
Le kava pourrait constituer une alternative aux antidépresseurs tricycliques et aux benzodiazépines dans le traitement de divers états anxieux. C’est d’ailleurs pour ces propriétés que plusieurs spécialités à base de kava sont commercialisées en Allemagne et aux Etats-Unis. Dans ce deuxième pays, les ventes de kava ont atteint, en 1999, 17,6 millions de dollars. [11]
Le kava entre dans la composition de médicaments psychotropes naturels. Les préparations à base de cette plante sont indiquées dans les cas de « nervosité », c’est-à-dire dans les états d’anxiété, de tension et d’agitation.
Bien que l’activité des kawapyrones rappelle celle des benzodiazépines, l’effet anxiolytique fait appel à d’autres mécanismes, liés notamment au blocage des canaux sodiques, comme pour les substances de type procaïne. [16 et 18]
Chez l’Homme, le kava provoque une stimulation de la capacité mnésique, un raccourcissement du temps d’endormissement avec amélioration de la qualité du sommeil, de l’état de stress, des symptômes anxiogènes. Cependant, les préparations à base de kava ne sont pas utiles dans les états aigus (angoisse subite, panique…). L’usage ne doit en outre pas dépasser 3 mois sans avis médical. [18]
Aux doses thérapeutiques, peu d’effets secondaires ont été rapportés. Tests psychométriques et tracés électro-encéphalographiques confirment que l’effet anxiolytique n’est pas accompagné des effets indésirables propres aux benzodiazépines. [11]
Quelques réactions indésirables sont décrites : 3 patients ont développé, dès la première prise de kava, un tableau clinique suggérant un antagonisme dopaminergique : dyskinésie de la langue et de la bouche, mouvements involontaires de la tête et du tronc…Certains cas, rares, de dermite allergique atteignant spécifiquement les zones riches en glandes sébacées ont été relevés. [11] Les quelques cas de dyskinésies et de réactions cutanées ont conduit l’AFSSAPS à suspendre la mise sur le marché à titre gracieux ou onéreux, la délivrance et l’utilisation à des fins thérapeutiques du kava sous forme allopathique. [11 et 18]
Le kava est donc une plante très intéressante dans le traitement de l’anxiété de par son activité puissante, mais ne peut être conseillée en officine car aucun produit ne le contenant n’est disponible sur le marché français, en particulier à cause de sa toxicité.



Bibliographie

[11] J. Bruneton, Phytothérapie, Les données de l’évaluation, Paris : éditions Tec & Doc, Lavoisier, 2002, 242 p.

[16] M. Witchtl, R. Anton, Plantes thérapeutiques, tradition, pratique officinale, science et thérapeutique, 2ième édition, Tournai : Editions Tec et Doc, 2003, 689 p.

[18] J. Bruneton, Pharmacognosie, Phytochimie, plantes médicinales, 3ième édition, Lassay les Châteaux : Editions Tec et Doc, 1999, 1120 p.

Qui sommes nous ? | Contact | ©2008 PHYTOMANIA
Tweet Suivre @phytomania