RICIN

RICINUS COMMUNIS

EUPHORBIACEAE



Les euphorbiaceae sont des plantes d'apparence variée, des herbes jusqu'aux grands arbres, réparties dans le monde entier mais nombreuses dans les pays chauds.


Elles contiennent souvent du latex, blanc ou incolore, parfois irritant;
la fleur est le plus fréquemment sans pétales, avec un ovaire à 3 cellules donnant, après fécondation, un fruit (capsulaire) à 3 lobes, d'où l'ancienne dénomination "tricoque" que l'on donnait aux euphorbiaceae.




Parmi les plus de 10 000 espèces que comprend cette grande famille végétale on distingue
3 genres importants :
* euphorbia,
* croton
* phyllantus.


Les euphorbiaceae comportent des plantes alimentaires (le manioc), industrielle (l'hévéa) ou décorative (croton, poinsettia)..

Le ricin est originaire du nord-est de l'Afrique et du moyen-orient, les Egyptiens le cultivaient et l'utilisaient au moins pour s'éclairer il y a 6000 ans.

Il a été répandu il y a très longtemps vers l'Inde et la Chine et au 16 ème siècle en Amérique.
Cette plante robuste s'est acclimatée dans les régions tropicales et subtropicales du monde entier.







A l'état sauvage, il devient un petit arbre mais on le cultive généralement ( y compris en Europe et au USA) comme une plante annuelle pour ses graines oléagineuse et accessoirement ses tiges, c'est aussi une plante ornementale aux nombreuses variétés horticoles.

La tige creuse porte des grandes feuilles découpées en 5 à 10 lobes en forme de main ( d'où le nom espagnol palma-christi) dont la face inférieure est souvent colorée en rouge-pourpre;
l'inflorescence en panicule terminal montre les fleurs mâles à la base surmontées des fleurs femelles;
le fruit capsulaire tricoque est hérissé de petites pointes, mais il existe des variétés lisses (inermes)
.

Fruit : aggrandissement X 3

COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

phytothérapie
Les feuilles renferment un alcaloïde, la ricinine, qui peut provoquer une intoxication du bétail.


Les graines sont riches en huile et en protéines :
40 à 60 % d'huile,
15 à 20 % des protéines
et contiennent une toxalbumine très dangereuse : la ricine.



L'huile est constituée majoritairement de triacylglycérol dont l'acide gras en C18 (insaturé et hydroxylé) : l'acide ricinoléique.
C'est un purgatif drastique longtemps utilisé comme laxatif, mais c'est surtout une huile industrielle : lubrifiant des moteurs tournant à très haut régime, matière première dans l'industrie des polymères (RILSAN) et source d'acide undécylénique (substance antifungique et industrielle).




Les protéines du tourteau résiduel (après extraction de l'huile) sont un aliment du bétail mais il faut d'abord détruire la toxalbumine (ricine). Celle-ci est composée de deux chaînes polypeptidiques (chaîne A et B)), la chaîne B sert juste à fixer la toxine à la surface cellulaire, la chaîne A est la partie toxique, elle interfère dans la synthèse des protéines cellulaires, modifiant (au niveau enzymatique) l'activité d'une partie des ribosomes.
Son efficacité est impressionnante, dose mortelle chez le rat : 0,4 microgramme en injection intra-péritonéale, l'équivalent de 0,03 mg pour un homme de 75 kg !!
L'intoxication se manifeste d'abord par des nausées, des vomissements et une diarrhée rapidement sanglante; tous les organes sont progressivement touchés et apparaissent des troubles cardiaques et neurologiques irréversibles.

UTILISATIONS

On ne se sert plus guère de l'huile de ricin comme purgatif, trop brutal, trop dangereux, néanmoins beaucoup de populations préparent encore une huile domestique : les graines sont pilées et cette pâte plus ou moins homogène est chauffée et placée sur un tamis qui permet à l'huile de s'égoutter.

La toxine (ricine) n'est pas soluble dans l'huile et d'autre part très sensible à la chaleur; en usage externe, c'est une huile cosmétologique et qui, associée au massage, calme les douleurs ou les contractures musculaires. Les feuilles de ricin s'utilisent traditionellement en emplâtre contre les douleurs rhumatismales et en "lavage externe", chez les indiens palikours de Guyane, pour se remettre "en forme" après un accès fébrile prolongé;

En usage interne, l'effet laxatif est atteint avec 1 cuillerée à café, l'effet purgatif "drastique" avec 1 à 2 cuillerées à soupe, mais cet usage n'est pas à conseiller.

Le caractère glycoprotéique de la toxine et ses capacités de poison cellulaire ont permis d'envisager son utilisation couplée à des anticorps monoclonaux pour créer ainsi une immunotoxine dirigée spécifiquement sur un antigène. Cette "torpille biologique" permettrait d'atteindre les cellules cancéreuses métastasées ou de pénétrer l'intérieur des tumeurs solides inopérables. Des protocoles thérapeutiques complexes associant cette immunotoxine (de ricine) avec des médicaments cytostatiques ou des radio-isotopes sont envisagés.


Tweet Suivre @phytomania

RESUME

Une plante oléagineuse dangereuse par sa graine
Le ricin est très répandu dans les régions chaudes et utilisé depuis fort longtemps pour son huile
aux propriétés cosmétiques et laxatives.
La graine de ricin contient une substance soluble dans l'eau et sensible à la chaleur, très toxique, mais qui pourrait être efficace pour détruire certaines tumeurs inopérables ou déjà métastasées.