IMMUNITE, DEFENSES NATURELLES, INFECTIONS, CANCER, PLANTES MEDICINALES ET HUILES ESSENTIELLES
INTRODUCTION ET GENERALITES



L'immunité est dans sa définition classique : l'ensemble des mécanismes développés par un organisme pour se maintenir en bonne santé, et assurer son intégrité en éliminant les substances étrangères et les agents infectieux auxquels il est exposé.

Les défenses immunitaires de l'organisme permettent de limiter les infections bactériennes, virales ou les mycoses, de neutraliser les cellules de notre propre organisme qui sont devenues trop vieilles ou qui ont dégénérées et sont potentiellement cancéreuses.

L'immunité est assurée par des cellules principalement d'origine sanguine ( provenant de la moelle rouge des os longs); la régulation de la défense immunitaire est très complexe, faite d'interaction directe entre ces cellules( exemple, lymphocytes, monocytes, macrophages, cellules tueuses) et à l'aide de médiateurs chimiques qui transmettent des informations chimiques localement ou dans tout le corps (exemple les interleukines, la bradikinine, l'histamine, ).
Nous possédons une immunité naturelle, une défense naturelle innée qui permet à l'organisme d'avoir une première ligne de défense contre les "agressions" provenant du monde extra-corporel et notre organisme acquiert tout au long de notre vie une connaissance plus précise et plus complète des agents infectieux, des substances antigéniques et ainsi nous améliorons nos systèmes de défense, c'est l'immunité acquise (qui peut être renforcée par les vaccinations).

Tous les organismes vivants animaux ou végétaux possèdent un système de défense naturel et une régulation de l'immunité.

Pour avoir une bonne immunité , pour que notre organisme se défende bien, il faut que les organes responsables de l'immunité et de l'élimination fonctionnent au mieux ( exemple : foie, rein, système digestif).
Une bonne hygiène de vie, une alimentation équilibrée sont importantes ; les plantes médicinales, les huiles essentielles sont également très utiles pour compenser un déséquilibre de l'organisme .

En cas de maladie infectieuse ou de cancer il est important de renforcer encore plus la défense de l'organisme et là aussi les plantes, leurs extraits, et les huiles essentielles sont utiles et efficaces.

Dans cette page de phytomania.com :
- nous ferons un rappel de ce qu'on désigne comme "une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée",
- nous décrirons plusieurs plantes ou extraits de plantes qui renforcent la réponse immunitaire,
- et ensuite nous signalerons les plantes ou les huiles essentielles qui peuvent aider à assurer un bon fonctionnement des principaux systèmes corporels importants pour l'immunité (digestion et fonction rénale et hépatique).


IMMUNITE RENFORCEMENT DES DEFENSES NATURELLES LUTTE CONTRE LES INFECTIONS PROTECTION CONTRE LE CANCER PLANTES MEDICINALES ET HUILES ESSENTIELLES ALIMENTATION ET HYGIENE DE VIE





IMMUNITE DEFENSES NATURELLES ALIMENTATION ET HYGIENE DE VIE

Il y a d'abord des notions connues de tous mais pas toujours faciles à suivre dans la vie quotidienne surtout moderne :

- bien dormir, manger des aliments sains en quantité modérée et en prenant son temps( sans "additifs", ni corps gras industriels associés à des sucres transformés qui trompent notre système de régulation glycémique et notre sens de la satiété) ,
- éviter la pollution chimique, éviter les substances toxiques issues de l'industrie chimique et les environnement pollués,
- éviter la consommation exagérée et chronique de substances addictives toxiques (alcool, tabac, drogues addictives).

- Pour conserver un bon niveau immunitaire on doit aussi favoriser une activité physique régulière et légèrement stressante (il faut sentir l'effort), éviter comme la peste les accès de dépression et se soigner dans ce cas ( l'état dépressif s'accompagne d'un abaissement dangereux des défenses immunitaires favorisant les infections et le dévelopement des maladies dégénératives).

- L'optimisme, la joie de vivre, le rire, favorisent une bonne santé liée à une bon niveau immunitaire, d'où l'intérêt des films comiques, des amuseurs publics, du divertissement en général, des voyages dépaysants qui sortent de la routine, des relations sociales et familiales même quand elles s'accompagnent de légers conflits ou de "stress" (toutes ces activités s'accompagnent d'une élévation temporarire de l'activité corticosurrénale).

ALIMENTATION ET IMMUNITE

L'alimentation est un régulateur de l'immunité car elle apporte des éléments indispensables au bon fonctionnement de notre systeme immunitaire et de notre sytème digestif (notamment du gros intestin ou colon) :

DES VITAMINES DU GROUPE B :
- notamment la pyridoxine (B6) présente dans les légumes ou certains fruits (choux, épinards, bananes) et dans le foie des animaux où elle est stockée,
- et les cobalamines (vitamine B12) uniquement synthétisées par les bactéries surtout présentes dans les aliments d'origine animale (viande, lait, oeufs, crustacés, coquillages, poissons) et que l'on stocke dans notre foie.

LA VITAMINE C(acide L-ascorbique) nécessaire pour lutter contre les infections bactériennes et virales et peut-être pour diminuer le risque d'apparition d'un cancer ou retarder son évolution.

Cette vitamine très sensible à l'oxydation est présente dans la majorité des fruits( exemple : orange, goyave, piment, poivrons) et des tubercules ( exemple : pomme de terre) et dans les légumes à feuilles vertes (exemples : épinards, salades, choux, hibiscus manihot, pourpier).
Certains fruits en contiennent beaucoup : cerise du brésil, baie de goji et dans toutes les haies européennes, les fruits de l'églantier.
On en trouve aussi dans toutes les viandes mais comme la vitamine C est détruite par la chaleur, elle disparait à la cuisson prolongée.

DES ACIDES GRAS INDISPENSABLES au bon fonctionnement de la réponse inflammatoire car ils sont nécessaires à la synthèse de médiateurs chimiques importants, les prostaglandines.

Ces acides gras indispensables ou essentiels (acide linoléique (omega 6)et acide alpha linolénique (omega 3)) sont présents dans les huiles végétales, les amandes et les noix (fruits à coques) et sous une autre forme dans les poissons, surtout ceux dont la chair est "grasse" ( exemple sardines, maquereaux, harengs).

DES SUBSTANCES DITES PROBIOTIQUES qui favorisent la prolifération de "bons" microorganismes dans le colon ou qui ensemencent le gros intestin en bactéries ou en levures saprohytes ou qui apportent à l'organisme des composés déjà synthétisés par des microorganismes choisis :

- levures sèches ou pate de levure (comme la "marmite" des Britaniques), yaourt, kombucha, kéfir, légumes fermentés (choucroute, popoï de fruit à pain).

- fruits, légumes et graminées à fibres surtout solubles ou contenant des glucides non assimilables mais fermentescibles dans le colon ( exemples: poires, pommes (et pectine de pomme), figues, dattes, abricots, bananes, et aussi poireaux, navets, topinambours, patate douce, pomme de terre, carottes, feuilles de légumes, avoine, sarrasin, apio, maca et yacon d'Amérique du sud, extraits de racine de chicorée).

LE MICROBIOME INTESTINAL . Depuis quelques années on reconnaît l'importance du gros intestin comme "régulateur" de l'immunité .
Les aliments incomplètement digérés dans l'intestin grêle servent de substrat au développement d'une quantité très importante de microorganismes qui complètent la digestion des aliments, synthétisent des vitamines assimilables et permettent de contrôler par effet de concurrence, par la sécrétion de substances antibiotiques et par activation des lymphocytes, le développement de bactéries pathogènes.

Un mot aussi sur le MAGNESIUM, trop absent dans notre alimentation moderne et qui semble renforcer les défenses organiques aussi bien de l'homme que des animaux domestiques.
Il est présent entre autre dans le sel de mer, et dans les farines complètes de céréales, le chocolat, les légumineuses (haricots) et beaucoup d'amandes ou noix oléagineuses (exemple : noix de para, noix de cajou)
On peut en consommer sous forme de supplément alimentaire : posologie moyenne : 500mg par jour.

DIETETIQUE ET IMMUNITE MANGER PEU SIMPLE ET NATUREL

MANGER JUSTE CE QU'IL FAUT : le poids corporel est très précisement règlé, si l'on mange trop en quantité ou des aliments trop riches en calories, l'organisme ne digèrera pas bien les aliments qui aboutiront dans le gros intestin où ils serviront de substrat aux microorganismes présents avec pour conséquences, s'ils sont trop abondants, production de gaz plus ou moins toxiques, hypersécrétion de mucus, mouvements désordonnés de l'intestin et diarrhée .
Chez certaines personnes l'organisme essaiera de conserver ces aliments en trop en les stockant sous forme de corps gras, ce qui demande de l'énergie, entraine le développement de cellules spécialisées (les adipocytes) et encombre le sang de corps gras qui peuvent se "coller" aux parois des vaisseaux sanguins.

MANGER SIMPLE : Le sytème digestif n'a aucune dificulté à digérer des aliments simples qui ne demandent pas un "gros effort chimique" pour être segmentés en molécules assimilables.
Mais l'organisme s'adapte et un aliment initialement indigeste peut ne plus l'être après quelques jours.
Se méfier du lait et des aliments lactés qui peuvent devenir définitivement indigestes quand on prend de l'âge et qui provoquent des troubles digestifs chroniques.

MANGER NATUREL : Nous avons hérité de nos ancêtres hominidés une dentition non spécialisée( omnivore : feuilles, racines, graines, fruits, viande en petite quantité) et un système digestif particulier notamment un intestin très long et un colon très développé.
Notre système digestif n'est pas celui d'un carnivore, beaucoup plus court, tous les déchets des aliments carnés vont donc rester trop longtemps dans notre intestin alors que ce sont des substances toxiques.
Il vaut donc mieux limiter la consommation de viandes rouges (qui apportent des vitamines) même s'il est parfois difficile de résister à l'odeur de la viande grillée( encore un leg de nos ancêtres) .
Les viandes cuites en présence d'eau et suffisamment longtemps pour devenir "tendres" sont plus faciles à assimiler car en partie hydrolysées.

 

EXEMPLES DE PLANTES MEDICINALES STIMULANT L'IMMUNITE (IMMUNOSTIMULANTE)

Les médecines traditionnelles d'Asie ont de tous temps favorisé la prévention des maladies, on ne s'étonnera pas que leur pharmacopée soit riche en plantes ou mélange de plantes immunostimulantes.

La tradition hippocratique insistait également sur l'importance du "terrain" et la nécessité de le renforcer.

La médecine occidentale moderne est plus centrée sur les soins "curatifs" que préventifs car on connaît mieux les agents pathogènes et l'on dispose d'un arsenal thérapeutique puissant et diversifié. Mais cette façon de soigner atteint ses limites et la nécessité de la prévention est maintenant bien admise surtout pour prévenir les maladies dégénératives dont les cancers.

Voici quelques plantes et extraits de plantes connus traditionnellement ou à la suite d'essais pharmacologiques pour leur pouvoir immunostimulant.
Cette page n'a aucun caractère exhaustif, les plantes protectrices sont heureusement très nombreuses.

Les plantes fortement immunostimulantes sont à éviter quand on subit les effets d'une maladie auto-immune et à proscrire en cas de transplantation d'organe ou de greffe.

CHAMPIGNONS : le polypore versicolor (Coriolus-Trametes versicolor) reishi (Ganoderma lucidum) shiitake (Lentinula edodes) maitake (Grifola frondosa)


Ces champignons très utilisés en Asie sont riches en élément minéraux, vitamines et polysaccharides. Certains de ces polysaccarides (beta glycanes) sont considérés comme très immunostimulants.

C'est le Coriolus versicolor qui semble le plus efficace, on peut l'employer pour accompagner un traitement anticancéreux moderne, il renforce l'effet du traitement, diminue le temps de convalescence.

Les extraits de Trametes-coriolus PSK (krestin) ou PSP sont en vente libre en Asie, pour la posologie se référer à la notice du laboratoire.

Exemple de posologie :
Poudre de Trametes-Coriolus versicolor :
3 à 10 g par jour de poudre de champignon deshydraté , ce qui correspond à environ 10 à 30 g de champignon frais (que l'on peut récolter dans la nature ou cultiver) .
On peut augmenter cette posologie, (la doubler par exemple), et il est bien évident que l'on arrête le traitement en cas d'effets secondaires qui signent une intolérance : urticaires, troubles digestifs, migraines ...
On peut faire des gélules de poudre de champignon deshydraté ou le consommé sous forme d'infusion prolongée, ou l'incorporer à la nourriture.

voir la page sur le Coriolus sur phytomania .

On peut récolter les champignons dans la nature mais certains sont très rares (reishi). Il existe maintenant des techniques de culture pour ces champignons qui sont pour la plupart lignivores.

Tous les champignons comestibles y compris ceux qui vivent en symbiose au pied des arbres contiennent des polysaccarides potentiellement immunostimulants (rappel : les champignons doivent être cuits pour éviter une contamination bactérienne et cueillis dans des zones éloignées de sites industriels surtout liés à l'industrie nucléaire ou pollués par des métaux "lourds").

ASTRAGALES : Astragalus membranaceus et Hedysarum polybotris



Il existe de nombreuses espèces d'astragales mais celles qui sont connues pour leur propriétés médicinales viennent d'Asie.
C'est la racine des plantes de 5 à 7 ans qui est séchée puis transformée en minces lamelles ou en poudre.
Elles entrent dans la composition de nombreux médicaments de la médecine traditionnelle chinoise mais sont aussi incorporées à la nourriture.
Hedysarum polybotris est plus souvent employée à Taiwan.
Des études pharmacologiques ont confirmées leur capacité à protéger le foie et à stimuler les défenses immunitaires.

Une posologie moyenne : 5 à 10 g de poudre par jour en 2 fois ou 10 à 30 g de racine en lamelles par litre d'eau (décoction) ou de soupe (1/4 à 1/2 litre par jour).

On trouve sur internet de nombreux compléments alimentaires en contenant mais le risque d'adultération est important.
Sur les marchés asiatiques ou internet on achète directement la racine en lamelles.

GINSENG Panax ginseg, ELEUTHEROCOQUE Eleutherococcus senticosus


Les ginseng et éleuthérocoques sont surtout connus pour leur pouvoir anti-stress, "adaptogène" et permettant une amélioration des performances tant physiques que psychiques.
Mais ce sont aussi des plantes qui stimulent le système immunitaire , participent à la régulation des processus inflammatoires et sont protecteurs tissulaires.

On cultive maintenent les ginseng autant en Asie qu'en Amérique du nord et il est parfaitement possible d'en faire pousser en France dans son propre jardin ou coin de forêt .

C'est la racine qui est médicinale sur des pieds qui ont au moins 3 à 4 ans.
On trouve de nombreuses préparations à base de ginseng, généralement sous forme de poudre de racine sèche conditionnée en gélules de 250-500 mg; une posologie moyenne serait 1 g de poudre de ginseng par jour avec la possibilité de doubler cette quantité (2 g par jour).

On limitera la durée de la cure à 3 mois au plus car, à plus long terme, on peut observer des effets secondaires indésirables du type imprégnation par les corticoïdes.

Les extraits de ginseng sont très souvent associés à d'autres phytomédicaments : antiasthéniques, antiartérioscléreux, antisénescence et aussi aux vitamines et oligo-éléments.

L'éleutherocoque sibérien s'utilise de la même façon.

Voir la page sur le ginseng sur phytomania

LES ECHINACEES


Ces plantes des grandes plaines nord-américaines Echinacea angustifolia, Echinacea purpurea, Echinacea pallida, mais que l'on cultive très bien en Europe (le plus souvent comme plantes décoratives) sont utilisées depuis longtemps, à l'instigation des chercheurs allemands, pour renforcer l'immunité et mieux lutter contre les infections tant virales que bactériennes.

De nombreuses études cliniques et méta-analyses semblent conforter cette idée avec tout de même quelques bémols : les extraits d'Echinacea (racines ou parties aériennes selon les espèces) renforcent l'immunité des gens moyennement immunodéprimés mais n'augmentent pas significativement celle des bien portants, et le traitement doit être relativement court (quelques semaines) sans quoi un effet inverse peut s'observer.

Posologie
Il est recommandé de prendre l'équivalent d'un gramme de plante sèche 2 à 3 fois par jour pendant quelques jours (dose de charge) puis seulement 1g par jour mais attention, certaines personnes peuvent être allergiques aux échinacées.

- sous forme de tisane
- sous forme de plante en poudre (en gélules)
- sous forme de préparation en pharmacie parfois associé à d'autres plantes immunostimulantes
- sous forme de teinture alcoolique, concentrée au 1/5 , de plante sèche entière( E. angustifolia) ou de racine : 30 à 100 gouttes par jour

LABIEES : SAUGE, THYM, ORIGAN, ROMARIN, BASILIC


Ces plantes "méditerranéennes" mais que l'on trouve maintenant dans le monde entier, sont utiles pour prévenir les infections virales et bactériennes.
Leur contenu en acides-phénol, phénols et flavonoïdes semble être à l'origine de ce pouvoir immunostimulant plus que la présence d'huiles essentielles.

Des recherches récentes montrent que le CARNOSOL est probablement un des composants de ces plantes qui possède le plus d'efficacité sur l'immunité et la prévention des cancers.
Il est particulièrement présent dans les feuilles de romarin et de sauge

Posologie

- Tisane régulière une ou deux fois par jour d'une labiée ou d'un mélange des parties aériennes fleuries de plusieurs espèces.
- Ajout régulier de ces plantes dans la nourriture (on peut utilisé le mélanges d'herbes de provence BIO)
- Teinture-mère de ces plantes en mélange égal 40 gouttes deux à trois fois par jour(on peut aussi ajouter la teinture mère de lavande aspic ou officinale)

ASHWAGANDHA : Withania somnifera


L'ashwagandha est une plante importante dans la médecine traditionnelle ayurvédique en Inde.
Elle est en général associée à d'autre plantes pour soigner aussi bien des douleurs articulaires qu'un état dépressif, mais aussi comme plante "adaptogène" à la manière du ginseng.
Elle augmenterait la résistance de l'organisme, permettrait d'éviter infections et maladies dégénératives.
C'est la racine de cette solanacée qui est utilisée, mais la pharmacopée Française ne recommande pas son usage, elle est sur la liste B des plantes dont les inconvénients potentiels (la présence d'alcaloïdes toxiques) sont supérieurs aux avantages.

Exemples de posologie : décoction (15 mn) de 1 à 2 g de racine sèche dans 1/2 litre d'eau à consommer dans la journée en cure de 2 à 4 semaines avec repos thérapeutique d'un mois.

BARDANE Arctium lappa

La bardane est une plante robuste pouvant atteindre 1,5 m présente en Eurasie et Amérique du nord et que l'on trouve un peu partout en Europe le long des chemins, près des décharges sauvages, dans les terrains abandonnés, le long des rivières sèches en été etc.

Elle est bisannuelle, très facile à reconnaitre par ces capitules floraux dont les bractéres sont couverts de petits appendices en forme de crochet, ce qui lui permet de s'accrocher sur les fourrures animales ou les vêtements des passants.

La racine (comestible et apprécié au japon) contient entre autre de l'inuline (diurétique dépurative) et des glucides immunostimulants.

On peut l'utiliser directement bien sèche et réduite en poudre ou sous forme d'extrait hydroalcoolique (teinture-mère, teinture alcoolique plus concentrée, extrait fluide).

Exemples de posologie :
- poudre de racine de bardane : 30 g de poudre dans 1 litre d'eau , décoction à feu doux pendant une dizaine de minutes. Filtrer, 1/2 litre par jour en 3 ou 4 fois. On peut aussi l'incorporer à la nourriture (soupe),
- teinture-mère (plante fraîche) : 100 gouttes par jour en deux fois.

REGLISSE

C'est une plante de l'Ancien Monde, dont on connait plusieurs espèces et variétés.
Celles qui sont le plus utilisées sont : Glycyrrhiza glabra en Europe et Moyen-Orient, Glycyrrhiza uralensis en Chine (l'orthographe compliquée de ce genre végétal est directement emprunté au grec ancien).
On trouve les réglisses à l'état sauvage et on les cultive aussi maintenant au Proche Orient, en Chine, en Russie, au Pakistan, au USA et en Espagne.

La racine et les stolons séchés constituent la réglisse proprement dite et sont les parties médicinales.

Les extraits de réglisse et l'acide glycyrrhétique qu'ils renferment sont faiblement antibactériens, antiviraux, cicatrisants et immunostimulants, apparemment sans effets toxiques ou mutagènes hormis des troubles métaboliques (hypertension et hypokaliémie) quand on dépasse la dose (150 mg de glycyrrhizine par jour) et en cas d'utilisation prolongée .

L'activité antivirale est connue par des études in vitro et par des résultats cliniques sur les lésions herpétiques notamment de la bouche.

On relève aussi dans la littérature scientifique la possibilité d'une action contre les virus très pathogènes du sida , du SARS, de la grippe A ou des hépatites, mais cela reste à confirmer.

Voir la page sur le réglisse sur phytomania.com

ALOES

L'aloes commun ou des Barbades est originaire du sud du bassin méditerranéen.
Il forme des touffes serrées de feuilles épaisses verdâtres à taches blanchâtres irrégulières, avec sur leur marge des épines souples.
C'est une plante très résistante à la sécheresse, cultivée comme plante décorative dans les pays chauds et subtropicaux mais qui peut s'adapter aux pays tempérés à hiver doux.

Il existe d'autre espèces d'aloès aux propriétés voisines.

Le gel d'aloès, partie centrale des feuilles contient des glucides, polymères du mannose (glucomannane et acémannane), qui sont immunostimulants, protecteurs cutané, cicatrisants.

Pour renforcer sa défense immunitaire, faire une cure d'aloes : 1 à 2 verres de gel pur par jour pendant quelques jours ; éviter de contaminer le gel par le suc amer et laxatif en pelant les feuilles.

L'acémannane pur en synergie avec d'autres antiviraux aide à lutter contre le virus du SIDA, plutôt que d'utiliser la plante on utilise de l'acémannane pur 1000 à 1500 mg/jour (l'équivalent d'1 litre de jus).
Voir la page sur l'aloes sur phytomania.com

AUTRES PLANTES POTENTIELLEMENT IMMUNOMODULATRICES

Nous sélectionnons quelques plantes moins bien documentées au niveau pharmacologique mais qui sont utilisées depuis longtemps pour rester en bonne santé ou prévenir les infections et les maladies dégénératives.

CLERODENDRUM SPLENDENS : c'est une plante arbustive et grimpantes aux fleurs rouges très décoratives dont on utilise les feuilles, l'écorce, ou les racines depuis longtemps en Afrique de l'ouest surtout en Côte D'Ivoire.
Les polysaccharides des feuilles activent le système immunitaire (les monocytes-macrophages) mais une utilisation prolongée à plutôt tendance à diminuer la réponse immunitaire (action immunosuppressive).

LYCIUM BARBARUM : Les fruits (ou baie de goji) de cette solanacée originaire d'Asie, le lyciet de Chine, font partie des plantes protectrices et rééquilibrantes dans la médecine traditionnelle chinoise depuis fort longtemps.

ANDROGRAPHIS PANICULATA
Cette plante originaire d'Asie ( et maintenant cultivée) est d'utilisation très courante en Inde, Asie du sud est et Chine.
Souvent considérée comme une panacée, elle est surtout intéressante pour prévenir les infections respiratoires d'origine virale et comme traitement adjuvant des infections respiratoires virales et bactériennes ainsi que des infections urinaires.

Posologie

- Plante sèche en poudre 1 à 2 g par jour.
- Extrait standardisé en andrographolide (30 à 40%) 150-200 mg par jour.
- Il existe aussi des préparations toutes faites d'Andrographis avec d'autres plantes à visée antibactérienne-antivirale.
- On peut aussi utiliser la tisane de plante fraîche ou sèche.

Citons aussi Zanthoxylum schinifolium, Tripterygium wilfordii, Trichosanthes kirilowii, Morinda citrifolia (le NONI)


EXEMPLES DE PLANTES ET HUILES ESSENTIELLES EQUILIBRANTES ET PROTECTRICES


Le foie , les reins , le système digestif, font partie des "émonctoires", c'est à dire des organes qui neutralisent les substances toxiques dans l'organisme et éliminent les déchets. On peut aider ces organes à mieux fonctionner.

PLANTES PROTEGEANT LE FOIE ET ACTIVANT LA SECRETION ET L'EXCRETION DE LA BILE

La racine et les feuilles du pissenlit,
les feuilles d'artichaut,
les feuilles et les fleurs de romarin,
les graines de sylibum marianum (le chardon-marie).

PLANTES DIURETIQUES ET ANTISEPTIQUES URINAIRES

Phyllanthus niruri.
Rameaux fleuris de bruyère.
Cranberry.
Orthosiphon.
Reine des prés.
Fleurs de sureau.

PLANTES FACILITANT LE BON FONCTIONNEMENT DE L'INTESTIN

Graines de psyllium, graines de lin, racine des mauves.

Voir aussi la page sur les plantes pour soigner le syndrome de l'intestin irritable et la colite muqueuse

PLANTE APAISANTE ET RENFORCANT L'IMMUNITE

Le millepertuis , voir la page dédiée à cette plante sur phytomania.com

PLANTES PROTECTRICES DU SYSTEME DIGESTIF

Oignon et ail,
curcuma

QUELQUES HUILES ESSENTIELLES IMMUNOSTIMULANTES , ANTIVIRALES , ANTIBACTERIENNES

Huiles essentielles d' Eucalyptus globulus (eucalyptus globulus), Eucalyptus radiatus (eucalyptus radié), Melaleuca quinquenervia viridiflora (niaouli), Cinnamomum camphora (ravintsaré), Ravensara aromatica (ravensara), Melaleuca alternifolia (tea tree).



Tweet Suivre @phytomania

Retour sommaire des rubriques thérapeutiques